ABRÉACTION


ABRÉACTION
ABRÉACTION

ABRÉACTION

Terme utilisé en psychiatrie et en psychothérapie et qui traduit l’allemand Abreagiren , mot inconnu sans doute avant Breuer et Freud. Dans le sens le plus général, l’abréaction désigne toute décharge émotionnelle qui permet à un sujet d’extérioriser un affect lié à un souvenir traumatique et, en conséquence, de se libérer de son poids pathogène. Parfois, le malade «abréagit» spontanément (abréaction spontanée ou accidentelle), par exemple lorsque l’événement traumatique est récent. Le thérapeute peut, notamment, provoquer l’abréaction par l’hypnose (abréaction provoquée ou secondaire). L’effet produit est appelé catharsis (purification, purgation).

C’est entre 1880 et 1895 que la méthode thérapeutique dite cathartique fut employée par Breuer et Freud. Selon eux, «si les représentations devenues pathogènes maintiennent leur activité dans toute leur fraîcheur et sont toujours aussi chargées d’émotion, c’est parce que l’usure normale due à une abréaction et à une reproduction où les associations libres ne seraient pas gênées leur est interdite» (Étude sur l’hystérie , 1895). Dans la mesure où Freud prit de plus en plus en considération les phénomènes de résistance, de transfert et les processus de travail psychologique, il négligea l’effet cathartique lié à l’abréaction. Cependant, toute cure psychanalytique contient, à des degrés variables, selon les sujets et la structure à laquelle ils appartiennent, des manifestations de décharge émotionnelle.

Des psychiatres non psychanalystes ont cherché à provoquer des effets semblables à ceux qu’obtenaient Breuer et Freud par l’hypnose, en employant des agents chimiques variés: ainsi, H. Claude proposa l’éthérisation chez les déments précoces; H. Baruk, la scopochloralose chez les hystériques; J. Delay, le choc amphétaminique chez les schizophrènes. La subnarcose aux barbituriques (narco-analyse sous divers noms) est toujours employée, mais tout autant controversée. L’interprétation des résultats est délicate; comment apprécier la part de la «manipulation» psychologique exercée sur un patient semi-inconscient? C’est, entre autres raisons, parce qu’il redoutait les effets de la suggestion que Freud abandonna la technique de l’hypnose. Qui plus est, les troubles peuvent fort bien se déplacer pour ressurgir ailleurs.

abréaction [ abreaksjɔ̃ ] n. f.
• 1913; adapt. de l'all. Abreagieren (1895)
Psychan. Brusque libération émotionnelle; réaction d'extériorisation par laquelle un sujet se libère d'un refoulement affectif. défoulement.

abréaction nom féminin (latin ab, hors de, et réaction) Décharge émotionnelle accompagnant l'apparition dans le champ de la conscience d'un affect jusque-là refoulé en raison de son caractère pénible.

abréaction
n. f. PSYCHAN Extériorisation émotionnelle par laquelle un sujet se libère de l'affect qui était lié à un traumatisme et était resté refoulé.

⇒ABRÉACTION, subst. fém.
A.— PSYCHANAL. ET PSYCHOL. Réaction émotive par laquelle le malade se libère, par des gestes ou des mots, de tendances refoulées dans le subconscient ou d'obsessions résultant d'un choc affectif ancien :
[Conseils et défenses de Ferenezi] n'ont qu'un sens : rendre conscientes des pulsions depuis longtemps refoulées et susciter chez le malade une abréaction rapide.
M. CHOISY, Qu'est-ce que la psychanalyse?, 1950, p. 206.
Rem. Abréaction désigne parfois les moyens qui provoquent ce processus; c'est ainsi que certains aut. en font le substitut de subnarcose.
B.— P. ext. Toute réaction psychologique de défense par laquelle le sujet se libère d'une émotion en la racontant.
Rem. Dans cette accept., abréaction correspondrait, dans la terminol. des psychanalystes, à l'abréaction spontanée, par oppos. à l'abréaction accidentelle ou provoquée (catharsis).
Prononc. :[].
Étymol. ET HIST. — Néol. du XXe s. attesté ds les dict. récents, Pt ROB. et Lar encyclop. Suppl. 1968 et dict. techn. Formé du préf. lat. ab- exprimant l'éloignement, « hors de » et de réaction, terme de psychol.
BBG. — FOULQ.-ST-JEAN 1962. — GARNIER-DEL. 1961 [1958]. — JULIA 1964. — LAFON 1963. — LAL. 1968. — LAPL.-PONT. 1967. — MOOR 1966. — PIÉRON 1963. — POROT 1960. — SILL. 1965.

abréaction [abʀeaksjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1902, Abreaction, in D. D. L.; de ab-, et réaction, pour traduire l'all. Abreagieren, substantivation de abreagieren, v. → Abréagir.
Didact. (psychan.). Brusque libération émotionnelle; réaction d'extériorisation par laquelle une personne se libère de l'affect attaché au souvenir d'un événement traumatique. Catharsis, décharge (émotionnelle), défoulement. || Abréaction spontanée. || Abréaction provoquée, secondaire. || L'absence d'abréaction laisse subsister à l'état inconscient des groupes de représentations pathogènes. || L'abréaction peut marquer la fin du traitement psychanalytique, mais aussi intensifier les résistances de l'analysé. || Abréaction d'un affect.
0 On appelle (…) abréaction une décharge émotionnelle par laquelle un sujet se débarrasse d'un choc ancien qui, au moment où il s'est produit, n'a pas donné lieu à une réaction complète. L'abréaction est à la base de la catharsis.
Guy Palmade, la Psychothérapie, p. 73.
DÉR. (Du même rad.) Abréacteur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abreaction — is a psychoanalytical term for reliving an experience in order to purge it of its emotional excesses; a type of catharsis. Sometimes it is a method of becoming conscious of repressed traumatic events.Early in his career, psychoanalyst Carl Jung… …   Wikipedia

  • Abreaction — Abréaction En psychanalyse, on appelle abréaction la réduction de la tension émotive lorsque l affect et la verbalisation du souvenir font irruption en même temps à la conscience. Des gestes et des paroles explicitent l expérience qui a donné… …   Wikipédia en Français

  • abreaction — abreaction, abreaction therapy A term used by psychoanalysts to refer to the process of releasing repressed emotions by reliving in the imagination a previous negative experience. Sigmund Freud , in his early work, argued that the roots of… …   Dictionary of sociology

  • Abreaction — Ab re*ac tion, n. [Pref. ab + reaction, after G. Abreagirung.] (Psychotherapy) the purging of emotional tensions. See {Catharsis}, below. Syn: catharsis, katharsis [Webster 1913 Suppl. WordNet 1.5] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • abreaction — index catharsis Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • abreaction — [ab΄rē ak′shən] n. [ AB + REACTION, transl. of Ger abreagierung] Psychoanalysis the release of emotions as the result of recalling or reliving a traumatic, repressed experience with which they are associated: cf. CATHARSIS abreact vt. abreactive… …   English World dictionary

  • Abréaction — En psychanalyse, on appelle abréaction la réduction de la tension émotive lorsque l affect et la verbalisation du souvenir font irruption en même temps à la conscience. Des gestes et des paroles explicitent l expérience qui a donné naissance à… …   Wikipédia en Français

  • abreaction — noun Etymology: part translation of German Abreagierung catharsis, from ab off, away + Reagierung reaction Date: 1912 the expression and emotional discharge of unconscious material (as a repressed idea or emotion) by verbalization …   New Collegiate Dictionary

  • abreaction — abreactive /ab ree ak tiv/, adj. /ab ree ak sheuhn/, n. Psychoanal. release of emotional tension achieved through recalling a repressed traumatic experience. [1910 15; AB + REACTION, on the model of G Abreagierung] * * * …   Universalium

  • abreaction — noun The re living of an experience with a view to purging its emotional dross …   Wiktionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.